Auxiliaire de puériculture, un métier au service de l’enfance

Publié le 13 mai 2011 par Marie Coupel.

PuéricultureL’auxiliaire de puériculture est chargé de répondre aux besoins quotidiens de l’enfant, qu’il soit bien portant, malade ou en situation de handicap. Elle ou il participe au bien-être, à l’autonomie et au développement de l’enfant en organisant des activités d’éveil et participe également à la surveillance de l’état de santé général de l’enfant.
Il ou elle peut exercer son activité

  • en milieu hospitalier
  • extra-hospitalier (crèche, halte-garderie, jardins d’enfants).
  • en structures d’accueil de la petite enfance (crèches, halte garderie, jardins d’enfants)
  • en services de maternité (suite de couches ou bloc d’accouchement)
  • en services pédiatriques (ex : cardiologie, oncologie pédiatrique, néonatologie, réanimation pédiatrique, lactarium, diététique infantile)
  • en services de PMI (protection maternelle et infantile)
  • en pouponnières de l’ASE (Aide Sociale à l’enfance)
  • en instituts pour enfants handicapés

En milieu hospitalier, l’auxiliaire de puériculture est chargé de réaliser, sous la responsabilité de l’infirmière, de la puéricultrice, de la sage-femme et en collaboration, des soins de prévention, de maintien, d’éducation à la santé et relationnels pour préserver ou restaurer la continuité de la vie, le bien-être et l’autonomie de l’enfant. Ses missions principales :

  • Soins d’hygiène, de sécurité et de confort à l’enfant et à sa mère
  • Observation et recueil de données relatives à l’état de santé de l’enfant et de sa mère
  • Aide de la puéricultrice, de l’infirmière ou de la sage-femme lors des soins
  • Entretien de l’environnement immédiat de l’enfant et/ou de sa mère et réfection des lits
  • Entretien du matériel de soins
  • Transmissions des observations par écrit et par oral pour maintenir la continuité des soins
  • Accueil, information, accompagnement et éducation de l’enfant et de son entourage
  • Accueil et accompagnement des stagiaires en formation.
  • Aide et accompagnement dans les activités de la vie quotidienne (repas, toilette, jeux?)
  • Entretien du matériel et gestion des stocks
  • Réalisation d’animations d’éveil et de loisirs

Après 3 ans d’exercice professionnel dans leur spécialité, les auxiliaires de puériculture peuvent se présenter au concours de recrutement des Instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) afin de préparer le Diplôme d’État d’infirmier. Les titulaires du diplôme professionnel d’auxiliaire de puériculture peuvent aussi préparer le DEAVS: diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale.

Qualités requises

Il faut être patient(e), disponible, savoir être à l’écoute et pédagogue Tout en étant organisé(e), il faut avoir un esprit créatif : trouver des activités d’éveil et de loisirs

Les + et les – de la fonction

Les +
Être au contact des enfants. Travail enrichissant puisque l’on voit l’évolution dans le développement de l’enfant et sa prise d’autonomie.

Les -
Travail le week-end et jours fériés, de nuit (vie décalée). Travail physique (mal de dos, station debout). Supporter le bruit (pleurs, cris). En particulier dans le milieu hospitalier : accompagner l’enfant malade ou en fin de vie.

Salaire

La carrière dans la fonction publique hospitalière se déroule sur 3 grades:
La classe normale :début de carrière: 1380 Euros, fin de carrière: 1591,31 Euros.
La classe supérieure : au 6ème échelon: 1414 Euros, fin de carrière: 1616 Euros
La classe exceptionnelle : au 8ème échelon: 1555 Euros, fin de carrière: 1734 Euros
(Les salaires indiqués ne tiennent pas compte des primes de service qui peuvent s’élever jusqu’à 7,5% du traitement brut).

Retrouvez toutes les formations auxiliaire de puériculture.

Crédit photo

  1. sab'in

    Je suis moi-même auxiliaire de PUERICULTURE!! non pas « auxiliaire puéricultrice »!!! ça n’existe PAS,ni « ou » ou « et » non,pas..DU TOUT!! merci de re-préciser!!

  2. marlier roselyne

    je suis auxiliaire de puériculture depuis plus de 30 ans !!!!je suis toujours passionnée par mon travail,15 ans en maternité ,et 15 en crèches!!!!on donne beaucoup car il faut toujours être à l’écoute et vigilante avec les enfants mais on reçoit tellement que l’on oublie les difficultés du métier!!!!
    roselyne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>